16/09/2010

Vues de face

DSC_6279.JPG

DSC_6281.JPG

DSC_6283.JPG

DSC_6284.JPG

DSC_6286.JPG

08:17 Écrit par Fanchon dans Sites historiques | Lien permanent | Commentaires (15)

15/09/2010

Visite de Saint-Gilles (Bruxelles)

L'hôtel de ville et son église...Vues de l'arrière

DSC_6258.JPG

DSC_6268.JPG

DSC_6270.JPG

DSC_6262-1.jpg

DSC_6266.JPG

08:07 Écrit par Fanchon dans Sites historiques | Lien permanent | Commentaires (16)

06/09/2010

La prison de Saint-Gilles

 
Dans les années 1860-1870, la construction, par Victor Besme, d’une église et d’une Maison communale, au Parvis de Saint-Gilles, marqua d’ailleurs le passage du bourg en petite ville. Mais c’est à l’orée du XXème siècle que la véritable transformation du territoire se réalise, la commune développant une politique d’embellissement et d’assainissement de ses quartiers les plus anciens.  
 

  

 L’édification de la prison de Saint-Gilles, entre 1874 et 1884, marqua la première étape de la création du "quartier Sud". L’érection du somptueux Hôtel de Ville en 1904 viendra achever son aménagement.

 

 

Source: http://www.stgilles.irisnet.be/histoire/hist.php?structur...

DSC_6243.JPG

DSC_6244.JPG

DSC_6245.JPG



DSC_6246.JPG



DSC_6252.JPG



DSC_6274.JPG



DSC_6248-1.JPG

 



09:45 Écrit par Fanchon dans Sites historiques | Lien permanent | Commentaires (18)

01/09/2010

Visite des anciennes glacières de Saint-Gilles

Je vais vous faire visiter un site que je trouve fort intéressant. Il s'agit des Anciennes Glacières de Saint-Gilles. On y fabriquait des blocs de glace avant l'invention du "frigo" que nous utilisons tous maintenant. Mais il y a encore quelques années d'ici, pour conserver les aliments, il fallait posséder une "glacière" où l'on déposait un gros bloc de glace régulièrement...Les Glacières de Saint-Gilles ont cessé définitivement leur activités en 1981. Ensuite, elles ont servi de plate-forme de distribution pour les articles surgelés, sur Bruxelles.

Le bâtiment gigantesque a été acheté en 1991 pour y faire un lieu de rencontre artistique(Parcours d'artistes annuel, école du cirque, galerie d'art de Biz-Art, école de musique brésilienne, studio photos, création de bijoux, atelier de peinture, salle d' aïkido...etc)
  
 Et bientôt un musée ! 
 

  

1-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-1 .jpg

4-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-4.jpg
5-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-5.jpg
6-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-6.jpg
7-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-7.jpg
 
 
11-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-11.jpg
 
 
 
 
 
 
15-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-15.jpg
 
16-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-16.jpg
 

18-LES GLACIERES DE SAINT GILLES-18.jpg

 

19-LES GLACIERS DE SAINT GILLES.JPG

20:56 Écrit par Fanchon dans Sites historiques | Lien permanent | Commentaires (9)

09/05/2010

Comme promis,

Nous allons commencé la visite du site de l'Abbaye de Villers-La-Ville. Mais avant ce voyage dans le temps, il vaut mieux se remémorer un peu d'histoire et de vocabulaire. Cela rendra la visite plus agréable en la plaçant dans son contexte historique.
Donc, installez-vous bien à votre aise, nous commençons.
Histoire
Fondation à suppression
En 1146, des moines de Clairvaux arrivent à Villers pour y fonder une abbaye (Villers I). Après quelques mois, lors d'une visite de saint Bernard, la communauté se déplace vers un site en contrebas dans la vallée de la Thyle (Villers II).
Au XIIIe siècle, l’abbaye est intégralement reconstruite (Villers III). Ce siècle marque l’apogée de l’abbaye : plusieurs abbés occupent de hautes fonctions au sein de l'ordre de Cîteaux et de nombreux moines de Villers vécurent saintement. La chronique raconte que l’abbaye compte alors environ 100 moines et 300 convers (chiffres plausibles). La taille du domaine s'élève à environ 10 000 ha de terres et de bois, exploités par différentes granges (dont à Grandpré).
La fin du Moyen Âge marque le début d’une période de déclin et de troubles qui perdurent aux XVIe et XVIIe siècles.
Au XVIIIe siècle, l’abbaye connaît son second âge d’or. Les bâtiments conventuels sont aménagés dans le style classique
En 1796, l'administration révolutionnaire française supprime l’abbaye qui est vendue à un propriétaire privé
Dégradation et restauration
La dégradation de l'édifice va être continue : vente de matériaux, pillages, écroulement de bâtiments, traversée du site par le chemin de fer, etc. Les ruines de l'abbaye attirent d'abord des artistes romantiques, parmi lesquels Victor Hugo est le plus célèbre, puis des touristes en quête de pittoresque. En 1893, l'État belge, reconnaissant enfin la valeur patrimoniale des ruines, procède à leur expropriation « pour cause d'utilité publique ». Une grande campagne de conservation, menée par l'architecte Charles Licot, butera rapidement sur les problèmes spécifiques des ruines. Une ruine restaurée est elle encore une ruine ? lancera un de ses détracteurs au Parlement belge.

Cistercien : qui appartient à l’ordre religieux de Cîteaux. Fondée en 1098, l’abbaye de Cîteaux (Bourgogne) entend revenir à une lecture et une application strictes de la Règle de Saint Benoît.
L’ordre de Cîteaux commence à essaimer dès le début du 12ème siècle, surtout sur l’impulsion de Saint Bernard. Il se dote progressivement de toute une structure internationale, basée sur une « constitution » (La Charte de Charité), une relation hiérarchique entre les monastères et une assemblée commune (Chapitre général annuel)
 
Convers : frère laïc qui choisit une vie d’ascèse au sein d’une communauté. Les convers ont une apparence distincte  et suivent leur propre forme de vie. Ne connaissant pas le latin, ils travaillaient aux champs et résidaient dans les granges. Exclus de nombreuses formes de célébration liturgique, les convers appartiennent néanmoins à la communauté monastique. Toute la disposition des monastères cisterciens repose sur la séparation entre les espaces réservés aux moines (à l’est du cloître) et ceux des convers (à l’ouest)
 
Grange : exploitation agricole, bâtiments et terres. Soucieux de réhabiliter le travail manuel, les cisterciens font des granges une véritable institution pour gérer leur domaine. Une douzaine de convers par grange, mais parfois bien d’avantage, assurent les travaux. La diminution progressive du nombre de convers,  oblige les cisterciens à renoncer peu à peu au faire-valoir direct de leurs biens fonciers au profit de métayers laïcs.
 
Règle : texte normatif décrivant les pratiques à suivre au quotidien par une communauté de moines. La règle de Saint Benoît, composée au 6ème siècle au Mont-Cassin (Italie) marque un équilibre entre vie spirituelle et vie pratique.
Source : Wikipedia

.

.

DSC_4485

19:24 Écrit par Fanchon dans Sites historiques | Lien permanent | Commentaires (18)

L'abbaye de Villers-La-Ville

.

DSC_4455

 

.

DSC_4451

 

.

DSC_4452

 

.

DSC_4453

18:49 Écrit par Fanchon dans Sites historiques | Lien permanent | Commentaires (3)