24/10/2010

La beauté

Vous n’êtes pas habitué de me lire, sur un sujet comme celui du « Crépuscule » ?

Et pourtant, cela fait partie de moi tout autant que mes photos.

Je vais terminer en vous parlant de la beauté, enfin ce que j’en pense.

 

La beauté est un plaisir : plaisir des yeux ou de l’ouïe. La vue et l’’ouïe nous ouvre au monde. J’appelle « beauté » le plaisir que nous prenons, sans avoir besoin pour cela de posséder, de consommer, ni même d’y toucher, ce que nous apprécions. Ce paysage que je trouve beau, ou cette musique si sereine, je n’ai pas besoin de les posséder pour en prendre du plaisir.

Toute beauté est relative. Question de goût, question d’époque, de culture ou de nature. « La beauté, disait Spinoza, n’est pas tant une qualité de l’objet regardé qu’un effet se produisant en celui qui la regarde ». La  beauté ne vaut que pour qui l’aime, c’est ce qu’on appelle le goût. Mais indépendamment de tout désir de possession. C’est où l’esthétique touche l’éthique, voire  à la spiritualité. C’est le « Pur Amour ». Un amour sans égoïsme, sans possessivité, sans espérance, ce dont nous sommes si rarement capables, le beau nous y fait accéder. C’est le plus précieux des cadeaux que la vie puisse nous faire.

N’oublions pas toutefois  que l’amour vaut mieux que la beauté. Et l’amour que l’on donne, davantage que celui que l’on reçoit. Etre aimable, c’est une chance. Se rendre aimable est un talent.

Une femme aimante sera toujours plus belle qu’une coquette…

 

 DSC_2867.JPG

Je vais maintenant prendre une petite pause. En attendant, je vous souhaite beaucoup de moment de vérité et de beauté.

A bientôt.

 

18:20 Écrit par Fanchon dans Image Citation | Lien permanent | Commentaires (34)

23/10/2010

Crépuscule...

Suite :

 

…Travaillons donc à bien penser : Mieux vaut une vraie tristesse qu’une fausse joie. Plutôt l’angoisse lucide que l’illusion sereine….

La lucidité est le premier pas vers la sagesse, donc aussi vers le bonheur. C’est une expérience que chacun peut faire. Quoi de plus fatal au moral que ces émissions de télévision qui puent l’optimisme et le mensonge ? Quoi de plus tonique, au contraire, pour qui parvient à le supporter, qu’une vérité bien rude ou bien amère ?...

La vérité sur l’angoisse n’est pas angoissante (ou moins angoissante que les illusions) ; la vérité sur la tristesse n’est pas triste (ou moins triste que le mensonge) ; la vérité sur le malheur…Mais laissons….Connaître sa faiblesse est une force… Bref, la lucidité vaut mieux. Ne pas nier, ne pas fuir, ne pas faire semblant…Telle est peut-être la première  leçon de philosophie et son premier effet. Penser n’est pas un métier ; c’est une fonction, la seule qui porte en soi son risque et son remède….

L’important est d’être vrai et non de faire joli (la joliesse est une beauté superficielle parce que sans vérité !)

La vérité ?  Elle n’est point dans la représentation, ni même toujours dans l’expression, mais dans le cheminement, dans l’affirmation, dans le courage, dans ce que Nietzsche appelait « Le Grand Style »…celui qui « maîtrise le chaos que l’on est, qui le contraint à devenir forme »…

…Vivre en vérité et tant pis pour nous si cela fait mal. Il ne s’agit pas d’enjoliver la vie, ni de la magnifier, ni de l’exagérer. Il s’agit encore moins de se perdre dans l’angoisse ou la douleur, mais de les traverser : de passer de l’autre côté du désespoir, de l’autre côté du crépuscule…là où le soleil se couche, là où le courage revient….

 

Extrait du livre de André Comte-Sponville « Le goût de vivre et cent autres propos »

DSC00700.JPG

14:30 Écrit par Fanchon dans Image Citation | Lien permanent | Commentaires (13)

22/10/2010

Crépuscule

Crépuscule,

 

C’est le soir. Le soleil, sans être couché encore, a disparu derrière les maisons. Pus de lumière directe. La pénombre envahit tout, comme si l’ombre portée au monde avait englouti jusqu’au monde même…C’est la caverne de Platon, mais sans issue. Le réel, mais sans mythe, sans remède, sans espoirs…On se demande pourquoi vivre, et l’âme s’angoisse, et le corps est plein d’une fatigue morne…

Qui ne connaît de ces moments ? Spleen, mélancolie, cafard, déprime…Peu importe les mots. Chacun reconnaîtra les siens.

…Il ne sert pas trop non plus de considérer plus malheureux que soi.  On en trouve toujours et d’innombrables. Mais cela n’a jamais consolé personne, et au fond c’est tant mieux.

…Sans compter que songer au pire, c’est penser aussi qu’il est possible, toujours et partout possible.

…Tout amour est deuil ou frayeur…Joie aussi, je sais bien, joie d’abord et surtout : aimer, c’est se réjouir de ce qui est. Mais « la joie va toujours avec la frayeur », dit le poète, et au fond, c’est l’amour même. Qui peut aimer sans trembler ?

Pourtant nous ne tremblons pas toujours, ni si souvent. Faute d’amour ? Pas seulement. La vie nous emporte. Le monde est là, qui résiste, qui impose l’effort ou le travail. Puis tant de soucis, de problèmes, de charges, de fatigues…Exister, même confortablement reste difficile. Chacun a suffisamment de monstres à combattre, de déceptions à surmonter, d’obstacles à franchir, enfin mille petites tâches urgentes ou non, qui l’appellent. Tant mieux, l’oisiveté n’est bonne à rien…

 

Extrait du livre de André Comte-Sponville « Le goût de vivre et cent autres propos »

 

DSC_3750.jpg

15:07 Écrit par Fanchon dans Image Citation | Lien permanent | Commentaires (24)

13/04/2010

J'arrête de travailler...il est tard!

La vraie force du style est dans le sentiment.

Henri de Montherlant.

.

DSC_3943

.

 
Je suis fort fatiguée ce soir. Je viens seulement d'arrêté de travaillé. Tout est prêt pour demain matin. Je vais aller dormir tôt pour avoir l'esprit clair demain.
Je passerais en fin de journée pour vous faire de gros bisous remplis de belles pensées et de toute mon amitié.

22:04 Écrit par Fanchon dans Image Citation | Lien permanent | Commentaires (10)

Un peu de moi...

Je sais ce que je vaux, et ne crois pas ce qu'on m'en dise, si c'est de la bêtise.

.

DSC_3258

00:22 Écrit par Fanchon dans Image Citation | Lien permanent | Commentaires (11)

07/04/2010

Aimer,

Aimer c'est bien, savoir aimer c'est mieux.
René de Chataubriand

.

DSC_3749

 

Je suis fatiguée ce soir...quleques problèmes à résoudre pour finaliser une bonne chose
Je vous remercierais tous demain pour tout vos merveilleux commentaires.
Je vous adore sincèrement.
Gros bisous.

20:33 Écrit par Fanchon dans Image Citation | Lien permanent | Commentaires (20)