23/06/2010

Une triste chose...mais bien réelle

DSC_5716
.
Nous connaissons tous l’Espagne, comme un petit paradis, ou comme je vous la présente sur mes photos. Mais derrière toute cette beauté, il existe une vie de tous les jours, une vie horrible. Les espagnols sont des passionnés de tortures et avides de sang…depuis leur plus tendre enfance !
Oui, nous savons tous les horreurs qu’ils sont capables d’affliger aux taureaux lors des corridas…Nous avons appris les courses des lévriers locaux, appelés les galgos et le sort qui leur est réservé à la fin de la saison (plus de 95% des petits, sont inutiles et torturés jusqu’à ce que mort s’en suive.)
Je milite contre ce qui précède, du mieux que je peux et avec mes moyens.
Mais j’ignorais sincèrement ce que Patouland m’a relaté…Il y a pire…et encore plus terrible !
Dans un pays appartenant  à l’UE, il est encore autorisé des rites barbares et religieux (et ce sont des catholiques !!) Chaque fête locale permet une barbarie sans nom…
Voici ce qu’elle m’a écrit aujourd’hui et que je ne pouvais taire…
NE NOUS VOILONS PAS LA FACE.
TOUT CELA EST BIEN REEL !
« Bonjour Fanchon!

S'il n'y avait que les taureaux, galgos et chats, mais pas seulement! Regarde un peu!

Les Espagnols martyrisent les animaux depuis la nuit des temps et cela avec la bénédiction de l'Eglise Catholique. Ils ont au moins une fête par mois, pendant toute l'année, pour s'amuser à torturer et à massacrer des animaux innocents. Certains diront qu'il s'agit là "d'évènements culturels ou sportifs".

Voyez plutôt :

JANVIER :

Manganèses Polvorosa (Castilla/Leon) : une chèvre vivante est jetée du haut du clocher de l'église.

FÉVRIER :

Villanueva de la Vera (Extramadura) : monté par le villageois le plus fort, l'âne traverse la ville en titubant sous les coups assenés par la foule hystérique, jusqu'à ce qu'il tombe. On lui allume alors des pétards dans les oreilles et on le matraque violemment.

Robledo de Chavella (Madrid) : des écureuils, des pigeons, des chiots et des chatons sont enfermés dans des pots d'argile et suspendus à des poteaux. Les jeunes gens lancent contre eux de grosses pierres pour briser et blesser voire tuer les animaux avant qu'ils ne s'écrasent sur le sol.

MARS :

Salas de los Infantes (Castilla/Leon) : poulets et dindons sont tués à coups de bâtons par des jeunes aux yeux bandés, au milieu des hurlements de la foule surexcitée.

AVRIL :

Tordesillas (Castilla/Leon) : persécution d'un taureau par une centaine d'hommes à cheval qui le lardent de coups de lance. Un prix (Lanza de Oro) est remis par le maire de la ville à celui qui, sitôt le taureau à terre, lui coupe à vif les testicules.

MAI :

Benavente (Zamora) : plusieurs taureaux sont lentement étranglés au milieu des huées par une corde attachée à leur cou et tirée par 300 hommes.

JUIN :

Coria (Caceres) : la foule poursuit des taureaux à travers les rues en leur lançant des fléchettes et en visant les yeux. Lorsque les animaux s'effondrent, blessés, lacérés et aveuglés, ils sont châtrés, mutilés et poignardés à mort. Les participants s'enduisent du sang des taureaux dont ils exhibent les testicules à travers la ville.

JUILLET :

Pozuelo (Avila) : à minuit, de jeunes espagnols chassent des taureaux à travers les rues de la ville. Lorsqu'ils atteignent l'arène, ils les battent jusqu'à l'épuisement total.

Dénia (Alicante) : des jeunes, munis de bâtons, dirigent les taureaux vers les plages où ils les martyrisent et les battent.

Carpio del Tajo (Castilla-La Mancha) : des cavaliers s'efforcent d'arracher au passage, la tête des oies vivantes attachées à une corde tendue à travers la place du marché.

AOÛT :

Torrelavaga (Cantabria) : un porc enduit de graisse est poursuivi à travers les rues de la ville par une foule qui se jette sur lui. L'animal finit par mourir, écrasé sous le poids des poursuivants.

San Sébastian de la Reyes (Madrid) : des nains torturent et mutilent des taurillons pendant des heures pour "divertir les enfants" : Lorsque les animaux lardés de coups de poignards tombent et agonisent, les nains dansent sur leurs flancs pour le plus grand plaisir des enfants spectateurs.

SEPTEMBRE :

Ciruelas, Cifuentes (Madrid) : de jeunes vaches sont poursuivies en tracteurs jusqu'à l'écrasement délibéré.

Peincîa (Vizcaya) : des canards sont jetés à la mer et poursuivis par des nageurs (qui les démembrent vivants). Ces nageurs sont la plupart du temps des enfants.

Lequeito (Vizcaya) : des oies sont suspendues par une patte à une corde tendue entre les mâts de deux bateaux. Des barques naviguent entre ces derniers et leurs passagers s'amusent à arracher la tête des oies vivantes.

Puebla de Fanais (Valencia) :"El Toro del Fuego". Les cornes des taureaux sont enduites de goudron et enveloppées de linges imbibés de pétrole puis enflammées. Tous les habitants les frappent au passage et leur lancent des briques et des bouteilles du haut des balcons. Ils meurent lentement, dans d'atroces souffrances.

Algete (Madrid) : à la fin des corridas d'amateurs, on coupe à vif les testicules des taureaux épuisés tombés à terre, mais encore bien vivants.

Candas (Asturias) : les taureaux sont martyrisés sur les plages. S'ils ne se noient pas, ils sont achevés à coups de couteaux.

Budias (Giiadalajara) : la foule charcute les taureaux à coups de lance ou les bat à l'aide de poteaux. Les animaux, dont les pattes sont cassées, doivent souvent être abattus.

OCTOBRE :

Fuenlabrade (Madrid) : quatre animaux sont tués chaque jour, aussi bien des taureaux que des vaches. Poignardés, lacérés par la foule tout au long de la journée sous un soleil brûlant, des tiges acérées enfoncées dans tous leurs orifices, les animaux se vident lentement de leur sang.

NOVEMBRE :

Igea (La Rioja) : on brise les membres à de jeunes veaux puis on les jette dans le vide, du haut d'une plate-forme.

Salas de los Infantes (Burgos) : de jeunes coqs sont pendus par les pattes et battus à mort. Cette activité a encore lieu bien qu'elle soit interdite par les autorités. La dernière fois qu'elle fut organisée, la ville fut frappée d'une amende.

DÉCEMBRE :

Notilla del Palancar (Cuenca) : au cours d'un des spectacles de cette fête, des poules sont lapidées à mort.

E VIVA ESPANA !!!
Poster par "Patouland"  »
 
 
 
Et aussi :
Oui, il y a en Belgique une loi qui permet la chasse aux chats qui se promènent dans les champs !
Oui, il y a la Turquie qui autorise les charniers(chiens enterrés vivants) afin de limiter les chiens dans les campagnes et dans les villes !

Oui, il existe en Chine, en Corée, aux philippines des amateurs de viande de chien, tués aux plus grand plaisir de la foule et au grand appétit de celui qui choisi le chien encore vivant !

Et au plus il est malmené et torturé, disent-ils, au plus la « viande » est bonne !

22:11 Écrit par Fanchon dans Général | Lien permanent | Commentaires (17)

Commentaires

Bonsoir Françoise Eh oui Françoise c'est vraiment une horreur de voir ce qui ce passe encore en 2010, je ne pensais pas qu'en Espagne il y avait des pratiques de ce genre.
Tu as raison de donner cette information.
Je te souhaite une bonne soirée Françoise, Bisous.

Écrit par : Michel | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

BONNE NUIT

Écrit par : Michaeline | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

heelo l'homme est un animal les catho ... benissent d'un côté et massacre de l'autre ,je suis tout retourné de te lire ce matin bonne journée

Écrit par : pat | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour, je ne suis pas sur que tout cela existe encore aujourd'hui, ayant de la famille en Espagne , en autre a "San Sébastian de la Reyes (Madrid)" je n'ai jamais entendu parler de cela ..je me renseigne... Il y a eu dans le passé de nombreux sacrifices d'animaux , je pense qu'ils tentent à disparaître ....

Écrit par : Martine | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour Fanchon,

J'ai eu maintes fois l'occasion d'aller en Espagne, mon pays d'origine, mais il est exclu que je cautionne ce pays de quelque manière que ce soit. C'est un pays banni de mes vacances ou simples visites. N'oublions pas aussi la France qui n'est pas en reste sur la torture animale. Mais ce qui est catastrophique en Espagne, c'est que les adultes inculquent à leurs enfants une violence gratuite et un non respect de la vie.
Gros bisous

Écrit par : Patouland | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour ma tendre Fanchon Je le savais, c'est pourquoi, malgré ses paysages enchanteurs, je ne vais pas en Espagne.
Je ne supporte pas tout ce mal gratuit à nos chers amis. Je n'arrive pas à regarder même une image de corrida, je déteste cela.
Je ne comprends pas pourquoi l'Europe n'empêche pas cela.
Rien qu'en lisant ton billet, j'en ai les larmes aux yeux.
Cette information est à diffuser largement.
Merci à toi ma douce.
Bon jeudi et un plein de bisous.

Écrit par : Mousse | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour Françoise comment peut-on accepter cela, cette barbarie gratuite, les espagnols et bien d'autres sont des sanguinaires. c 'est inadmissible.*

bisous fanfan
DUKE and ATG

Écrit par : DUKE and ATG | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Pas pensable!! Alors là je suis sur le C... Jamis je n'aurais imaginé de telle pratique de cruauté mental de l'umain! J'en ai la chère de poule! Quelle décadence et ns sommes au 21 eme siècle!! Regardes sur mon blog aujourd'hui, j'ai mis une phrase de cirulnik qui est un grand éthologue...Je n'en reviens pas!! triste monde que celui des humains!!!!Bisous ma toute belle!!

Écrit par : gootchai | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas pu lire jusqu'au bout. C'est vraiment trop horrible! Est-ce que tout ça est bien réel? J'ai du mal à y croire. Mais l'homme peut s'amuser à faire souffrir, on le sait !

Écrit par : Philibert | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

très triste vraiment je ne peut concevoir que des ètre humain
puisse agir de la sorte moi qui adore les animaux
comment peut'on avoir une concience si peut élevé
et sans respect pour la vie je sais qu"il est très difficile de s'interposé a tout cela mais
mais moi aussi je mélite dans ma ville pour les animaux maltraité dont j,ai fait quelque plainte à la société protectrice des animaux dont certaine s"ont vu enlevé leur animaux pour cause de mes plainte les animaux pour moi me donne une très bonne leçon de vie ils sont pure et sans méchancheté ils sont beau de belle créature de la nature qui quand je les regarde les observe
le sourire me viens instantannément
très très triste
merci fanchon de ce témoignage très
touchant
bisou amical et je repasse très très
bientot

donald




Écrit par : donald | 25/06/2010

Répondre à ce commentaire

je réprime et j'en ai toujours était dégoûtée et l'espagne est reine des chats errants de plus ! à se demander si ce n'est pas un fait exprès
tuer un animal pour se nourrir oui ! mais sans souffrance
les corridas me révoltent et quand le c'est l'homme qui est touché je ne peux m'empêcher de dire bien fait ! tu l'as bien mérité !
pourquoi faire souffrir un animal pour assouvir l'instinct barbare de certains hommes !

Écrit par : Anne Bilou | 25/06/2010

Répondre à ce commentaire

C'est effroyable et vraiment affreux !! je ne connaissais pas toutes ces coutumes barbares !!!et j'en suis bien attristé .....
Olivier

Écrit par : oli4 | 25/06/2010

Répondre à ce commentaire

A vomir... comment l'Europe tolère-t-elle cela et donne des subventions culturelles ?
Merci de ces infos qui ne sont pas connues, hélas.... bien amicalement

Écrit par : sittelle | 27/06/2010

Répondre à ce commentaire

C'est pour de tels actes que j'ai banni mais vacances dans ce pays .
Qui malgré tout est splendide

bisous

Écrit par : pascal | 28/06/2010

Répondre à ce commentaire

coucou ma douce voici un de mes textes Olé Olé ils sont tous là


Heureux de voir la corrida
Ils admirent le cortège
Bien assis sur leur siège
La mort pour eux est un manège





Olé Olé ils sont tous là
Cruautés violences ouvrent leurs bras
Les spectateurs,
Public sans cœur,
Admirent les chevaux
Victimes de leurs bourreaux

Olé Olé ils sont tous là
Tous applaudissent le torero
Salopard ridicule au bête chapeau
Pauvre taureau apeuré
Le glas pour toi va sonner


Olé Olé ils sont tous là
Ta souffrance, ta douleur
Ils ne l’imaginent même pas
Au nom d’une tradition
Nous te sacrifions

Olé Olé ils sont tous là
Avide de sang
Tu ne comprends pas
Ne cherche pas à partir
Tu es là pour souffrir
Ne cherche pas à fuir
Tu es là pour mourir

Olé Olé ils sont tous là
Et le sang coulera
Crois moi je n’y suis pas
Je n’éprouve aucun plaisir
À te voir souffrir
Je ne suis pas un de ces humains
Pour qui la vie ne vaut rien

Texte :Daniels P

Écrit par : pascal | 28/06/2010

Répondre à ce commentaire

arff horrible arff j'ai pas pu lire apré avril , trop ecoeuré .. pouff la debilité des gens nous meneras jusqu'ou ??? ils sont fous ces gens ,
sakana

Écrit par : gribouille24 | 01/07/2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Fanchon J'en ai des sueurs froides !!! Toutes ses atrocités de la part d'Européens , je connaissais le problème des chiens Galgos car ma vétérinaire va régulièrement soigner et rapatrier les chiens maltraités et malades . Les corridas aussi je connaissais mais toutes ses autres massacres m'étaient inconnus...Dans quel monde barbare vivons-nous ??? Quand va -t-on faire quelque chose d'efficace pour aider tout ces animaux qui souffrent...
Merci d'avoir eu le courage de publier cet article ...
Je te souhaites un bon week-end trèèèès chaud
Bisous ...
Nadine Het Witte Elfenheksje

Écrit par : nadine | 08/07/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.